15025141_1335486943148483_2639853597095662389_o

Depuis plusieurs années, nous participons au Festival RAVENSARE à Toulouse, né sous l’impulsion de Kassam Baïder (fondateur du Trait Bleu) afin d’offrir une visibilité aux artistes émergents. Ce festival a pour ambition de présenter un état des lieux des tendances artistiques. Dans une mise en scène inédite au milieu d’un décor historique, de nombreuses créations et deS projets originaux (en danse, musique, arts plastiques) favorisent le croisement des sources d’inspiration et des publics. Ce rendez-vous pluridisciplinaire permet de promouvoir les talents de demain présents à l’échelle nationale. Le 30 juin 2017, le No-Ballet a performé la dernière création d’Alain Gonotey, FLASH…BACK. Disco, new wave, funk… Dans nos souvenirs des courants musicaux, mais surtout l’émergence du corps dans l’espace de l’expression populaire, nous interrogeons les contre-cultures qualifiées de « masquées » des années 80. « Masquées », car les élans de l’invitation à la danse essaient d’adoucir les conflits internes des individus. Le corps est moins « ouvrier », il a le temps et la nécessité de parler. Les messages étouffés sont ceux des opprimés : Femmes, communauté Gays, minorités ethniques… Ceci dans un climat où le message politique n’est pas nommé comme dans d’autres courants musicaux (rock, pop, funk, reggae). Le disco entraîne les publics réactionnaires qui viennent se perdre dans l’éblouissement des corps. Revenons sur les histoires de ces corps meurtris, à l’assaut de la figure du « mâle blanc dominant », face au reste du monde.

© Basile Minster